discographie

2019

Jean-Philippe Rameau et Georg Benda :  Pygmalion

Philippe GAGNE - Norman D. PATZKE

Morgane HEYSE - Lieselot DE WILDE - Caroline WEYNANTS

Apotheosis Orchestra - Korneel Bernolet

 

 

Of all the myths in Ovid’s Metamorphoses, the story of Pygmalion has always particularly resonated with artists – with sculptors, painters, writers and composers alike. This recording presents – coupled for the first time – two dramatic musical settings of the myth by two truly unique eighteenth-century composers. The contrast could hardly be greater. Rameau's acte de ballet appealed to Parisian tastes, while Benda's Melodrama, written thirty years later, was designed for a German-speaking audience. However, together, the two settings make for a fascinating dialogue. Adopting the latest musical-dramatic forms available to their respective composers and experimenting with mixed media, each brings fresh insights to Ovid’s tale.

"Surgit alors la statue rendue à la vie ( Morgane Heyse ) : claire et palpitante, infiniment (...) vivante et engagée".

Classiquenews.com

2018

Pascal ZAVARO :  Manga-café

Opéra en 1 acte.

Enregistré en live les 23 et 24 mai 2018.

Eléonore PANCRAZI

Morgane HEYSE

Le livret de Manga-Café est librement inspiré de Densha Otoko (L’homme du train).
Le héros de Densha Otoko est un otaku d’un vingtaine d’années (Thomas: Eléonore Pancrazi) qui, un soir dans un train de Tokyo, s’interpose pour secourir une superbe jeune fille (Makiko: Morgane Heyse) agressée par un ivrogne. Désirant la conquérir, il raconte son altercation aux membres d’un forum de discussion pour célibataires. Il sollicitera leur aide pour vaincre sa timidité maladive et séduire Makiko.

"Le couple de protagonistes est vocalement irréprochable (délicieux soprano de Morgane Heyse, fruité, brillant et sensible, dont l’art d’attaquer ses vocalises en guirlande de rires est achevé), admirable même." 

Chantal Cazaux pour Avant-Scène Opéra

"L’écriture vocale confiée à Makiko est avant tout virtuose, avec coloratures et suraigus. (...) Cette dernière est interprétée par la soprano Morgane Heyse qui semble se jouer des difficultés vocales déployées par Pascal Zavaro avec une belle aisance communicative. Elle remporte un vif succès, tout comme ses partenaires."

José Pons pour Olyrix

Jean-Pierre PEUVION : Chansons Indigo

"L’Indigo, coincé dans l’Arc en ciel entre le bleu et le violet, n’est pas bien défini, il est Passage. Par contre, direct de l’indigotier, le pigment est d’un bleu profond, ensorcelant même… Nous rêvons d’une chanson végétale ! …. sans effets ajoutés ….

L’humeur Indigo caressera l’échine de nos chansons… C’est évident dès la 2 ème plage, sur un thème de Charles Loos,  cette valse blême pour Lester, Lester Young le président, qui révolutionna le saxophone, l’Archange à la corne de brume, aux audaces d’une fluidité divine, au phrasé à coups de caresses, dont le jeu est comme une agonie suave… Nostalge… Ether….

Quant à l’entrée de l’Album, c’est l’estampille de ces Chansons-Poèmes… Le LA est donné, une seule note, délestée de toute « harmonie », produite par un immense verre, une note avec beaucoup  de « grain », qui laisse échapper par intermittence des éclats lumineux.. Autour de ce fil écorché, quelques mots-notes s’enroulent – issues non pas d’une invention, mais comme d’une transcription dictée du fond du poème – , Le saphir du gosier féminin ayant alors pour tâche d’émettre chaque phonème au scalpel, les freinant, les hypnotisant, les « zoomant »… évitant tout «coulé lyrique», hormis celui du miel le plus intérieur… De façon à ce que le fruit du mot, et surtout le geyser de sens et d’évocation, ne soient pas  cisaillés à la base…. Ce serait insulter René Char !

L’ Album  dodelinera comme ça, de plage en plage, d’Epures en humeur Indigo, à travers les fenêtres de quelques «Haïku minute», jusqu’à la petite ritournelle du parafe final…. Dans un Album mourrait fossile, un géranium cueilli aux îles….."

Jean-Pierre Peuvion

ZAUBERFLÖTE REQUIEM - DVD

une production de Holland Opera regroupant la musique de Die Zauberflöte et du Requiem de W. A. Mozart.

Morgane Heyse - Die Königin der Nacht 

Direction : Niek Idelenburg

Carthago Consort, jong Naderlands Blazers Ensemble & Cappella Amsterdam

Mise en scène : Joke Hoolboom

Dramaturgie : Madelon Kooijman

Décors : Douwe Hibma

Costumes : Esmée Thomassen

Projections vidéo : Mr Beam

Lumières : Maarten Warmerdam

Ingénieur du son : Tom Gelissen

Maquillage / coiffure : Bernadette Hilhorst

Mixage vidéo : Ruben Pest

Enregistré live Août / Septembre 2018 - Werkspoorkathedraal - Utrecht ( Pays-Bas ) 

www.hollandopera.nl